19 octobre 2015

Piazza Armerina

Lundi 19 octobre 2015 Premier jour hors de Palerme : j’ai décidé d’aller à Piazza Armerina qui, comme son nom ne l’indique pas est une petite ville de vingt mille habitants au centre de la Sicile. Il faut prendre un bus à la Gare Centrale puis, depuis qu’un pont de l’autoroute Palerme-Catane s’est écroulé, trois heures de route. C’est long mais ça ne me déplaît pas de voir ainsi les terres siciliennes et, de plus, les siciliens ont la discussion facile. Mon voisin, un homme d'environ 60 ans, ne s'est pas fait prier pour... [Lire la suite]
Posté par balpe à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

12 octobre 2015

Une nouvelle histoire de piscine

11 octobre 2015 Je dois donc rectifier : La vieille ville de Palerme, comme beaucoup de villes qui ont été trop luxueuses, est un mélange de splendeurs et de délabrements, mais il existe une ville moderne au moins aussi importante qui est propre, plutôt bien tenue où les ruines sont rares. Malheureusement elle est sans charmes même s’il y a de temps en temps de beaux jardins comme le Giardino Inglese de la Via della Liberta. C’est un ensemble de cubes de bétons bien tenus où il ne doit pas être désagréable de vivre mais qui ne... [Lire la suite]
Posté par balpe à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 avril 2015

s’insérer dans la vie des inconnus

Vendredi 10 avril 2015 Aujourd’hui, journée « trip » comme diraient nos publicistes qui ont oublié que le français existe. Excursion donc. Carmona, une petite ville à environ quarante kilomètres de Séville, facile d’accès par le bus  M124 qui a plusieurs arrêts en ville et des services environs toutes les heures et… 2,80 €. Ici la vie n’est pas chère et, sans le vouloir, je fais des économies Carmona donc. Une superbe ville moyenne très blanche, très andalouse sur sa colline avec ses nombreuses églises et ses... [Lire la suite]
08 avril 2015

les renseignements des Oficinas de turismo ne sont guère valables

Mercredi 8 avril 2015 J’ai soudain réalisé, en visitant celles d’entre elles qui étaient de temps en temps ouvertes, que les églises sévillanes n’ont pas de vitraux et que ce qui fait la beauté de la plupart d’entre elles en France est ici ignoré. Trop de soleil sans doute pour jouer avec la lumière ou autre conception de la religion plus enfermée, plus personnelle où l’envahissante richesse des objets — qui explique certainement que les églises soient le plus souvent fermées — écrase le croyant plus qu’il ne l’exalte. On croule... [Lire la suite]