Putain de météo : hier le temps était méditerranéen, aujourd’hui il pleut et la température a chuté d’au moins quinze degrés. Or que faire dans une ville étrangère lorsqu’on n’est que de passage et que l’on a des amis en visite ?

Je les ai d’abord amené visiter ce métro de Stockholm tant vanté au point que les brochures présentent ses stations comme de vrais œuvres d’art (http://www.lasuedeenkit.se/les-5-plus-belles-stations-de-metro-de-stockholm/) ? J’en ai donc sélectionné quatre, celles que j’avais trouvé intéressantes et nous y sommes allés. Ce ne sont quand même pas des chefs d’œuvres mais, parfois, comme à Stadion ou T-Centralen un court parcours des couloirs vaut un arrêt. Tout cela nous a pris une petite heure. Ensuite nous sommes allés à l’incontournable au Gamlan Stan dont j’ai déjà parlé, la vieille ville historique pour rôder sous la pluie, nous arrêtant un moment dans un adorable petit café à l’écart des flots de touristes de la rue Västerlagattann, 3 Sven Vintappares Gränd, une toute petite rue qui fait la jonction entre Västerlagattann et Stora Nygatan : café comme d’habitude, petit gâteau… de quoi passer un bon moment à parler de nos vies respectives puis je les ai amenés voir Riddar Holmen mais sous la pluie avec le vent froid qui venait de l’archipel, cette petite île perdait tout son charme. Il n’y avait d’ailleurs personne.

Aucun de nous n’ayant envie de visiter le palais royal, aucun de nous n’ayant envie d’aller au musée national nous sommes donc retourner vers Hötorget où je leur ai fait découvrir les belles halles souterraines. Puis… puis nous avons renoncé à rentrer à pied sous la pluie et nous avons pris un taxi. J’avais déjà pris des taxis à Stockholm et je les trouvais assez bon marché car de Hötorget à la porte du lieu où je loge, il fallait compter entre 140 et 150 couronnes. Intéressant quand on sait que le ticket de métro est à 40 kr (environ 4 €) et que donc, à trois, le taxi ne coûtait guère davantage. Un chauffeur de taxi algérien, bavard, nous donnant toutes ses opinions sur la situation politique en Algérie et… à l’arrivée une addition de 280 kr et l’impression désagréable de s’être fait voler. Que faire dans ces situations qui ne sont hélas pas très rares où que ce soit dans le monde. Sur le moment nous n’avons pas réagi et d’ailleurs qu’aurions nous pu faire sinon exiger des explications et… Comme un mauvais goût dans la bouche, celui que laisse l’impression d’avoir été pris pour des imbéciles. Ce n’est évidemment pas le montant qui importe mais le fait de se trouver sans réaction dans une situation pareille. D’autant que nous n’aurions jamais pu penser que cela arriverait à Stockholm. Quand mes amis partiront ça ne m’arrivera plus car, seul, je ne prends jamais de taxi.

 

Nous avons tout de même passé six heures à rôder, discuter dans la ville. Le temps passe toujours très, trop, vite.