Le temps est toujours éblouissant et il fait de plus en plus chaud. Je sens qu’il va falloir que je m’achète quelques vêtements tant ce que j’ai apportés sont inadéquats. Hier soir nous sommes allés dîner avec un jeune ami de mes amis dans un restaurant vraiment suédois du côté d’Oldenplast, une cuisine agréable, du hareng très cuit avec des baies : agréable au goût et surprenant pour mes papilles blasées.

Aujourd’hui, vu le temps, nous avons décidé d’aller faire le tour de l’archipel en bateau. Il y a plein d’excursions organisées pour cela. Nous nous sommes d’abord promenés le longs des berges de Kungholmen pour rejoindre l’hôtel de ville, une espèce de bâtiment en briques qui est une vague copie de palais vénitien mais avec des décorations dorées sans grand intérêt sinon de briller au soleil et, sur la tour, une espèce de turquerie dorée également. Ce bâtiment est réputé pour ses deux salons, le bleu et le vert. Nous avons vu le bleu, une vaste fresque vaguement impressionniste qui nous a laissé de marbre. Nous ne sommes pas allé voir le vert ni monté au sommet de la tour…

Notre bateau partait de là : une heure de trajet entre diverses îles de l’archipel, entre des immeubles d’habitation, des villas, des parcs et des forêts. Tout ça très bleu et très vert, tout cela très nature. Si le moteur du bateau n’avait pas été si bruyant, nous aurions profité avec délectation d’un long moment de flottaison sur une mer impavide, mais… rien n’est jamais parfait. Une heure pour aller à Drottningholm (drottning signifie reine) un château royal en pleine nature, quelque chose comme un palais d’été avec son pavillon chinois au fond d’un parc immense. Nous avons mis pied à terre et nous sommes promenés une autre heure dans le parc sous un soleil écrasant. Nous arrêter à la buvette, près du pavillon chinois, à l’ombre des arbres d’un bosquet a été très bienvenu car il faisait vraiment très chaud et pas la moindre petite brise, on se serait cru sur la Costa Brava une après-midi de juillet. Et je n’exagère pas. D’ailleurs nous avons vu plusieurs baigneurs dans les eaux près de quelques îles de l’archipel. Est-ce un signe de réchauffement climatique ? Je ne saurais dire mais je ne m’attendais pas du tout à ça. Peu de touristes dans ce parc, si ce n’est une dizaine de moines bouddhistes. Peu de touristes sur le bateau que nous avons pris pour le retour et qui, contrairement à l’aller s’est arrêté sur plusieurs îles pour débarquer des passagers ou pour en embarquer. En fait ce bateau fait du cabotage et semble être un moyen de transport usuel pour leurs habitants plus qu’un bateau de promenade.

La journée s’est ainsi passée lente, paisible, ensoleillée et mes vieux os ont pris des réserves de vitamine D. Il paraît que j’en manque, ça tombe bien. Cette semaine je n’aurai pas à manger du foie de morue.

Tout à l’heure nous irons dîner dans un restaurant posé sur l’eau.